Autres travaux

Murs de soutènement, comment la constituer ?

Parce que le danger peut subvenir à tout moment, il est plus prudent de faire très attention, surtout sur les grandes constructions. Pour la construction d’un mur de soutènement, qui est un mur qui sert généralement à retenir de la terre ou bien à protéger des chemins d’un éventuel éboulement, il y a quelques points à retenir pour réussir une telle structure. Bien constituer un mur de soutènement, le guide.

Mur de soutènement, les premiers travaux à réaliser

Pour la construction d’un mur de soutènement, les travaux ne sont pas les mêmes que pour la structuration d’un simple mur. Tout d’abord, il est très important de délimiter la mise en place de la fondation du mur de soutènement en enlevant le surplus de terre. Lors de la réalisation de la fondation, il faut une tranchée plus de 60 cm de profondeur dont la largeur doit être égale à celle de la base du mur à construire. En associant des moellons et des graviers, il faut construire un hérisson à l’intérieure de la tranchée que l’on a indiquée un peu plus haut. Cette étape permet une réalisation qui va remplacer le vide sous la dalle et va empêcher ainsi les remontées d’humidité. Une fois que ces travaux préliminaires sont mis en place, vous pouvez passer à la construction de la construction de la fondation de votre mur de soutènement.

Fondation et mur de soutènement

Pour la réalisation des fondations d’un mur de soutènement, il faut du béton, beaucoup de béton. Une fois que la tranchée est opérationnelle, vous pouvez préparer le béton et verser une première couche de 5 cm sur la longueur de la tranchée. En même temps, vous pouvez mettre en place des semelles à lier. Il est aussi grand temps d’installer le ferraillage du mur de soutènement. N’oubliez pas de faire une égalisation du niveau de la fondation pour obtenir plus de plénitude.

Notez bien : la base doit être plus large que la fondation pour obtenir un mur bien solide et bien structuré, c’est très important.

À ce niveau, lors de la construction de votre mur de soutènement, il faut utiliser des parpaings pour obtenir une base bien tenace. Aussi, il faut prévoir un ferraillage horizontal qui servira à maintenir le mur des éboulements et des glissements de terrain. Lors du montage du mur de soutènement, il ne faut pas oublier les trous d’évacuation tous les 2 mètres du mur.

Les différentes techniques de construction de mur de soutènement

La technique de réalisation d’un mur de soutènement est la même. C’est la structure du mur qui se différencie d’un modèle à un autre. Il existe le mur à poids dont la résistance provient du poids du mur qui peut être en pierre ou en gabions ou encore en atalus. On y trouve également le mur végétalisé, le talus en enrochement ou bien le mur en pierres sèches. Quel que soit le type de mur de soutènement que vous disposez, il faut toujours un entretien comme un bon drainage.

Comment mener à bien le coulage de béton?

Dans n’importe quel type de construction en dur, l’utilisation de béton est indispensable pour permettre à la construction d’être correctement solide. Pour la dalle en béton, sa mission principale est de sceller les fondations afin que le sol porteur soit bien stabilisé. Normalement, ce genre d’opération doit être mené par des professionnels qui ont une qualification spécifique. Toutefois, il est possible pour un particulier de couler le béton à condition de maitriser les étapes cruciales de la mission.

Les préparatifs

Avant d’attaquer le coulage du béton, il faudra être prêt à rassembler les outils nécessaires et à préparer le terrain. Compte tenu du fait qu’il s’agit de travaux de maçonnerie, tous les outils ayant un rapport avec cela seront nécessaires. En l’occurrence, vous aurez besoin d’une pelle, d’un mètre, d’un niveau à bulle, d’un râteau, d’un treillis, d’une règle et d’une dame de maçon, d’une bétonnière, etc. Pour les matériaux, rassemblez, du sable, des gravillons et des pierres, des planches pour le coffrage et de l’huile pour le décoffrage.

Il est impératif de respecter soigneusement les étapes pour la préparation du béton. Pour ce faire, la première étape consiste à bien stabiliser le terrain afin qu’il n’y ait pas d’inclinaison. Par la suite vient le moment de construire le coffrage. Prévoyez de solides planches en bois pour l’occasion et disposez-les de façon à obtenir une structure résistante capable de supporter le béton.

Le coulage du béton

Avant de couler le béton, il faut d’abord le mélanger dans la bétonnière. En l’occurrence, il s’agit de mélanger le ciment, le sable, le gravier et l’eau. Pour effectuer un dosage parfait, vous devez calculer le volume de chaque matériau. Pour ceux qui n’ont pas de notion concernant la posologie du béton à couler, il faudra solliciter l’aide d’un maçon ou d’un artisan.

Pour le coulage, il est préférable de prévoir assez de béton pour pouvoir le couler d’un seul coup. Ainsi, la qualité de béton sur la surface à couvrir sera égale. Après avoir bien mélangé le béton, transportez-le vers cette zone à l’aide d’une brouette. Le coulage se fait naturellement dans le coffrage. Pour bien étaler la surface, utilisez une règle de maçon.

La finition

Une fois que le béton est bien étalé et bien lisse, il faudra attendre 24 h pour le séchage. Ceci concerne le séchage avant le décoffrage, mais pour l’utilisation de la structure en béton, il faut attendre environ un mois parce que c’est la période dont il a besoin pour sécher complètement. Le respect de cette période est important pour assurer la résistance du béton. Après la finition (le lissage), vous devez appliquer une solution polymère acrylique sur toute la surface afin de faciliter le séchage. C’est également nécessaire pour favoriser la solidité du béton.

Le décoffrage se fait une journée après le coulage du béton. Vous devez pour cela utiliser l’huile de décoffrage et libérer la structure. C’est également le moment de vérifier la présence d’une éventuelle fissure ou imperfection sur le béton qui vient d’être coulé.